Gabon

L’UNICEF recrute 01 Consultant / Analyse Budgétaire axée sur la vaccination

L’UNICEF recrute 01 Consultant / Analyse Budgétaire axée sur la vaccination

Consultant – Analyse Budgetaire axée sur la vaccination – Libreville – Gabon pour 45 jours ouvrables
Job Number: 524168 | Vacancy Link
Locations: Africa: Gabon
Work Type : Consultancy
1.Contexte :
En dépit des progrès substantiels accomplis, les décès des enfants de moins de 5 ans restent encore un problème de santé publique majeur dans la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Globalement, les statistiques de 2016 montrent que, 15 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour dont 46% (7000 nouveau-nés) meurent dans les 28 jours suivant leur naissance. La région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre demeure encore la région où se trouve le taux le plus élevé de mortalité des enfants de moins de 5 ans (95 pour 1000 naissances vivantes) et le taux de mortalité maternelle le plus élevé du monde.
Les résultats récents des enquêtes MICS des pays montrent que ceux-ci doivent doubler d’efforts. Des progrès pour une accélération des efforts devront se faire sentir sinon le pays risque de ne pas atteindre les ODD et mettre fin aux décès d’ici 2030.
Au Gabon, les maladies évitables par la vaccination faisant l’objet d’éradication, de contrôle ou d’élimination bénéficient d’une surveillance active et leur notification se fait de manière hebdomadaire, il s’agit de : la Poliomyélite, la Rougeole, la Fièvre jaune et le Tétanos néonatal.
Dans les pays de la région, la faible capacité à fournir des de soins de qualité et équitables, et le passage à échelle des interventions à haut impact en matière de santé néo-natale, infantile, maternelle et des adolescents, contribue à la situation actuelle en particulier dans les communautés les plus démunies.  Mais la principale raison de la faible performance du système de santé est l’inadéquation entre les connaissances, les politiques et les actions menées qui se manifeste par une multitude de goulots d’étranglements au niveau de l’offre et de la demande y compris la qualité.
Justification :
Les priorités de l’Unicef pour la Région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre découlent de son plan stratégique 2018-2021 visent à l’atteinte de résultats palpables au profit des enfants. Dans le domaine de la santé les priorités sont liées aux résultats clés suivants :
(i) Réduire l’écart de l’iniquité en matière de vaccination à travers l’éradication de la polio et le renforcement de la vaccination de routine, (ii) Sauver plus de nouveau-nés et (iii) Réduire le gap en matière de prise en charge des maladies tueuses des enfants de moins de 5 ans.
Une analyse récemment publiée par l’OMS a montré que les pays de la région de l’Afrique de l’Ouest et du centre comme le Gabon n’ont pas pu atteindre l’objectif de 15% fixé par la déclaration d’Abuja il y a environ 16 ans. On le sait la disponibilité du financement est un facteur crucial qui détermine la performance d’un système de santé. En Afrique subsaharienne, les dépenses publiques de santé restent encore trop faibles pour garantir un accès équitable aux services et aux interventions essentielles de santé. En effet, les budgets du secteur de la santé oscillent autour de 7% en moyenne dans ces pays, avec une stagnation de 4 à 5% sur plusieurs années.
Dans le domaine de la vaccination, tous les pays de la région ont adhéré au renforcement de l’initiative vaccinale lancée depuis 1974 et ont mis en place de Programmes Elargis de Vaccination (PEV), qui sont des entités plus ou moins autonome des Ministères de la Santé dont la mission est de contribuer à une meilleure survie de l’enfant en réduisant la morbidité et la mortalité attribuables aux maladies évitables par la vaccination.
Les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure de la région, hormis le Cap Vert, sont régulièrement confrontés à des difficultés pour le financement de ces programmes de vaccination, en dépit de l’engagement des gouvernements traduit par la création de programmes dotés de lignes budgétaires pour la vaccination. Parmi ces pays, la situation du Gabon semble préoccupante malgré l’obtention du statut de pays libre de polio par la Commission Régionale de Certification pour l’Afrique.
Selon les estimations conjointes OMS UNICEF de 2017, la couverture vaccinale au Gabon pour la troisième dose du vaccin Pentavalent a stagné à 75%, loin des 90% requis par l’Organisation Mondiale de la santé (OMS). Cette moyenne nationale cache les disparités au niveau régionale. On note que six régions sanitaires sur dix ont atteint une couverture vaccinale (Penta3) supérieure ou égale à 80% et que deux régions sanitaires enregistrent les plus faibles couvertures vaccinales en penta 3 en deçà de 57%. De même, quelques départements sanitaires restent silencieux à la surveillance des maladies évitables par la vaccination. Au vu des statistiques disponibles, et malgré les efforts du Gouvernement de doter le PEV en ressources budgétaires, fort est constater que près de 25% d’enfants survivants (environ 16.957 ames) échappent encore à la vaccination, de tels indicateurs exposent les enfants aux épidémies et aux maladies évitables par la vaccination.
Dans la continuité de ces efforts, et tenant compte du projet de l’opérationnalisation des départements sanitaires promu par le Gouvernement, il y a un besoin urgent, d’analyser le budget du ministère de la santé afin d’y identifier des possibilités de réallocation de certaines lignes budgétaires en faveur de la vaccination aussi bien au niveau central qu’au niveau opérationnel. Le département sanitaire est l’unité opérationnelle de mise en œuvre des activités de santé primaire dont la vaccination. La disponibilité des ressources pour la mise en œuvre des activités à ce niveau permettrait d’améliorer les performances du programme de vaccination.
L’analyse budgétaire du Ministère de la Santé une étape importante dans le processus de planification du PEV. Elle apporte des informations financière essentielles pour atteindre au niveau national une couverture vaccinale d’au moins 90%. Les services de vaccination ne peuvent concrétiser leur potentiel pour améliorer la santé des enfants que s’ils disposent d’un financement fiable et suffisant. Il est largement reconnu que la planification stratégique de la vaccination suppose des informations crédibles sur les niveaux et les destinations de dépenses, les sources de financement, les déficits de financement et les besoins futurs.
2. Objectif global :
L’objectif principal de cette activité est de contribuer à une amélioration du financement public en faveur de la vaccination, à travers l’analyse du budget du ministère de la santé et l’élaboration de scenarios pour la mise en œuvre et le calcul des coûts du Programme Elargi de Vaccination.
3. Objectifs spécifiques :
• Identifier les goulots au financement de la vaccination à travers une analyse
o analyse du niveau de financement de la vaccination (vaccins et activités opérationnelles) dans le budget du ministère de la santé en comparaison avec les autres lignes budgétaires
o analyse des tendances du budget du programme de vaccination en comparaison avec les autres destinations budgétaires du ministère de la santé
o la revue du budget de la santé (sur la base des critères d’efficience, efficacité, pertinence) et identifier des opportunités de réallocation de certaines lignes en faveur de la vaccination
o la revue du budget du programme de vaccination sur la base des critères d’efficience, efficacité, pertinence) et identifier des opportunités de re allocation interne de certaines lignes budgétaires du programme
• Evaluer la solidité des systèmes de santé en fonction des taux d’abandon notés entre l’administration de la première et de la troisième dose du vaccin DTP (dans ce cas, rassurer que les données concernant la couverture vaccinale sont de qualité élevée)
• Estimer les coûts et le financement, actuels et futurs du programme au niveau national une couverture vaccinale d’au moins 90% et d’au moins 80% pour tous les antigènes dans tous les départements sanitaires
• Estimer les couts et financement nécessaires pour soutenir l’intensification des interventions et stratégies spécifiques de vaccination pour atteindre les 25% d’enfants non vaccinés.
• Faire une analyse de l’impact de l’amélioration de la couverture vaccinale
• Evaluer le gap de financement de la vaccination au niveau national et dans tous les départements sanitaires
• Concevoir des scenarios et identifier les stratégies susceptibles d’améliorer la viabilité financière du PEV
• Estimer l’impact des interventions sur la mortalité des enfants de moins de 5 ans au Gabon
• Utiliser les résultats de l’analyse budgétaire pour la dissémination et le plaidoyer.
Goulots sous-jacents de Finances Publiques
• La vaccination est une priorité pour le Gouvernement mais ça ne se traduit pas complètement dans le budget
• Niveau de ressources allouées insuffisante
• Il y a des problèmes d’efficience et efficacité : mal gouvernance
• Besoin d’informations sur l’équité dans le partage des ressources financières
• Informations financières disponibles au niveau central mais pas au niveau décentralisé
• Faible participation des communautés dans l’élaboration et l’exécution du budget
• Problèmes de décaissement à temps des fonds pour les vaccins traditionnels
4. Approche méthodologique
L’approche à utiliser devra être participative incluant aussi bien les acteurs concernés (Santé, Economie, Budget, OMS, UNICEF etc.) que les PTF (BM, FMI) impliqués sur les questions de finances publiques au Gabon, afin d’avoir un consensus sur les recommandations de l’analyse ainsi que sur le plan de mise en œuvre qui en découlera.
Tous les produits livrables devraient être accompagnés du fichier Excel avec tous les ensembles de données utilisées (y compris les données brutes, les graphiques, les cartes, etc.) et les présentations PowerPoint avec les résultats les plus importants et les messages clés.
5. Résultats attendus
Tâches, Résultats Attendus et Délais :
– Identifier les goulots au financement de la vaccination à travers la revue du budget de la santé
 Une analyse approfondie du budget du Ministère de la santé et de l’exécution des dépenses (sur la période 2010-2018)  19-25 aout
– Identifier les goulots au financement de la vaccination à travers une analyse du niveau de financement de la vaccination
 Une analyse approfondie du budget du programme de vaccination et de l’exécution des dépenses (sur la période 2010-2018) 19-25 aout
– Identifier les goulots au financement de la vaccination à travers une analyse des tendances du budget du programme de vaccination en comparaison avec les autres destinations budgétaires du ministère de la santé
 Une analyse des niveaux, tendances du budget de la vaccination en comparaison avec les autres composantes du ministère de la santé 25-30 aout
– Identifier les goulots au financement de la vaccination à travers une analyse du niveau de financement de la vaccination
 L’identification des goulots au financement adéquat de la vaccination et les pistes de solution 25-30 aout
– Evaluer le gap de financement de la vaccination au niveau national et dans tous les départements sanitaires
 Une cartographie détaillée du financement de la vaccination au Gabon 01-10 septembre
– Evaluer la solidité des systèmes de santé en fonction des taux d’abandon notés entre l’administration de la première et de la troisième dose du vaccin DTP (dans ce cas, rassurer que les données concernant la couverture vaccinale sont de qualité élevée)
 Une analyse de l’efficience, efficacité, et pertinence des différentes, programmes inclus dans le budget du ministère de la santé
 01-10 septembre
– Estimer les coûts et le financement, actuels et futurs du programme au niveau national une couverture vaccinale d’au moins 90% et d’au moins 80% pour tous les antigènes dans tous les départements sanitaires
 Une analyse des coûts, du financement et des déficits de financement et mobilisation des ressources en faveur de la vaccination 10-15 septembre
– Concevoir des scenarios et identifier les stratégies susceptibles d’améliorer la viabilité financière du PEV
 Faire des propositions d’actions pouvant accroitre l’efficience et efficacité des financements en faveur de la vaccination 10-15 septembre
– Estimer l’impact des interventions sur la mortalité des enfants de moins de 5 ans au Gabon
 L’impact de l’inaction estimé 15 septembre au 02 octobre
– Estimer l’impact des interventions sur la mortalité des enfants de moins de 5 ans au Gabon et Rédaction du rapport
 L’impact de l’inaction estimé
– Atelier de validation  Vendredi 04 octobre 2019
6. Lignes de supervision :
La consultation se déroulera sur une période de 45 jours ouvrables. Le consultant devra travailler sous la supervision directe du Chef de Section Inclusion Sociale, président du Comité technique.
7. Qualifications et Connaissances :
Le consultant devra justifier d’un niveau d’étude Doctorat en Médecine/Pharmacie serait l’idéal ou un niveau Master (Bac+5) ou équivalent dans les domaines de l’Economie de la Santé, de la santé publique ou science médicale, de l’épidémiologie, de l’approvisionnement pharmaceutique, de la gestion de la politique économique ou un diplôme équivalent ;
Le consultant devra également disposer d’au moins 10 ans d’expérience dans la conduite des analyses budgétaires axée sur le financement des programmes de santé ;
Le consultant devra avoir une connaissance approfondie en analyse des goulots d’étranglement, analyse de l’espace fiscal, budgétisation, lien coût – impact ;
Le consultant devra avoir des connaissances solides en Planification stratégique et l’estimation des coûts des interventions liées à la vaccination ;
Etre sensible aux questions relatives à l’équité dans la répartition des ressources financières des programmes de santé ;
La connaissance de la planification et de la gestion axée sur les résultats, des mécanismes et procédures du Système des Nations Unies sera un atout ;
Avoir une bonne capacité de rédaction et de travail en équipe ;
Avoir une bonne des outils EQUIST et OneHealth est obligatoire.
Experience  internationale dans l’analyse Budgetaire axée sur la vaccination  obligatoire
Parfaite maitrise de la langue francaise indispensable
8. Coût de la consultance :
En plus de la proposition technique, le consultant devra soumettre une proposition financière qui spécifie pour chacune des lignes budgétaires les coûts unitaires.
La proposition financière devra comprendre :
(i) Les Honoraires détaillé par livrable ;
(ii) les frais de subsistance lors des missions à Libreville. L’UNICEF se réserve le droit de ne pas excéder la limite du budget disponible pour la conduite de cette activité.
Le consultant percevra la totalité de son DSA et de ses frais de transport à son arrivée à Libreville (Gabon).
Le paiement des honoraires n’interviendra qu’en cas de satisfaction de l’UNICEF et d’acceptation du rapport final. Le versement des différentes tranches des honoraires du consultant sera conditionné par la validation de chacun de ces documents.
Le paiement du montant total des honoraires de chaque consultant s’effectuera de la manière suivante :
 • 30% après validation du plan de mise en œuvre de l’étude ;
• 70% après remise de tous les produits attendus de la consultation.
9. Conditions de Travail :
La consultation sera réalisée dans le cadre de l’exécution du Plan Annuel de Travail 2019 de la composante Inclusion Sociale de l’UNICEF du programme de Coopération Gabon-UNICEF (2018-2022). L’UNICEF assurera le/les voyages (aller-retour) du consultant à Libreville Gabon. Un bureau de travail sera mis à disposition du Consultant (e) afin de faciliter les échanges. Tous les autres frais d’organisation des ateliers seront payés à travers les transferts de fonds à la Direction Générale de la Prospective.
 Date souhaitée de début de la consultance : 19 Aout 2019
 Date de fin de la consultance : 04 Octobre 2019
10. Comment postuler :
Les candidats intéressés sont priés de postuler uniquement en ligne  au plus tard le 04 Aout 2019  et d’y joindre en fichiers attachés :
• Une offre technique, décrivant en détail la méthodologie à utiliser pour effectuer les tâches ci-dessus pour atteindre les résultats attendus ;
• Une offre financière tout inclus (Honoraires, frais de transport et  indeminités de subsistence) ;
• Un CV indiquant les qualifications nécessaires et toute expérience pertinente ;
• Copie du diplôme le plus élevé* ;
• Copie du passeport
Tout dossier incomplet ou soumis en ligne après le deadline ne sera pas considéré.
Seuls les candidats présélectionnés seront contactés et recevront une réponse officielle à leur demande de candidature. Nos avis de vacances sont également disponibles sur le site http://www.unicef.org/about/employ/
*Voir la liste des établissements accrédités sur le lien : www.whed.net 
L’UNICEF est un environnement non-fumeur.
L’UNICEF s’engage au respect de la diversité et à l’inclusion au sein de sa force de travail, encourage tous les candidats, sans distinction de sexe, de nationalité, de religion et d’origine ethnique, y compris les personnes handicapées, à postuler pour faire partie de l’organisation. Les candidatures féminines sont vivement encouragées.
L’UNICEF applique une politique de zéro tolérance par rapport à l’exploitation et l’abus sexuel, et à toute forme de harcèlement, incluant le harcèlement sexuel, et la discrimination. Tous les candidats sélectionnés devront alors être soumis à une vérification rigoureuse de références et d’antécédents.
Closing Date Sun Aug 04 2019 23:55:00 GMT+0100 (Afr. centrale Ouest)

A propos de l'auteur

moussakayre_p082337i

Pour publier des offres d'emploi sur Concoursn.com, veuillez les envoyer à moussakayre@gmail.com
Pour voir le résumé des offres au Sénégal chaque jour, veuillez vous abonner à ma chaine youtube '' Moussa Kayré '' https://www.youtube.com/c/moussakayre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :